Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Intégration et désintégration (Notre famille)

Un ouvrage semi-autobiographique, c'est ainsi que Akhil Sharma qualifie Notre famille, qu'il a mis 10 ans à écrire, sans doute parce que se pencher sur sa propre histoire, marquée par un drame terrible (qu'il ne convient pas de révéler pour les futurs lecteurs) a dû être extrêmement douloureux. Mais pas d'inquiétude, Family Life (son titre en V.O) ne ressemble en rien à une autofiction et se lit comme un roman, celui de l'intégration américaine pour une famille débarquée d'Inde au tout début des années 80. Chacun de ses membres va devoir s'adapter à un mode de vie qui lui est étranger, confronté au racisme ou à l'indifférence, et faire face à la tragédie qui les a touchés. Le père doit lutter contre sa propension à l'alcoolisme, la mère à l'apathie et au découragement dans un environnement hostile alors que son couple vacille et le fils, qui est le narrateur du livre, à la compétition scolaire, à la culpabilité et aux interrogations et mal être de l'adolescence. Lui-même se définit comme "arrogant et ennuyeux" et la première qualité de Sharma est bien de ne pas embellir son personnage et de nous le présenter comme un garçon peu aimable et mal dans sa peau d'immigré. Notre famille n'est pas une oeuvre confortable, dévoilant des pensées intimes parfois embarrassantes pas "politiquement correctes" comme le souligne à juste titre la quatrième de couverture. Seule oasis dans le livre : la découverte de la lecture, et notamment d'Hemingway, et celle de l'écriture, qui donneront le courage au jeune héros de surmonter bien des épreuves. Un bon livre, assez éprouvant, qui a le mérite de porter un regard très différent sur le "rêve américain."

notrefamillecouverture.jpg



18/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres